Traditions orales 

Le domaine des traditions et expressions orales comprend des proverbes, des contes, des légendes, des poèmes, des prières, des chansons, des représentations théâtrales et plus encore. Les traditions et expressions orales sont utilisées pour transmettre le savoir, les valeurs culturelles et sociales et la mémoire collective.

À l'instar d'autres formes de patrimoine culturel immatériel, les traditions orales sont menacées par l'urbanisation rapide, les migrations à grande échelle, l'industrialisation et les changements environnementaux.

 

La part la plus importante de la sauvegarde des traditions et expressions orales consiste à conserver leur rôle quotidien dans la société. Il est également essentiel que les possibilités de transmission du savoir d’une personne à l'autre continuent. Les anciens ont ainsi la possibilité d’agir auprès des jeunes et de leur raconter des histoires à la maison ou à l’école. Les traditions orales constituent souvent un élément important des célébrations festives et culturelles. Il faut promouvoir ces événements, tels que les festivals de lecture et de poésie, pour permettre la créativité et trouver de nouveaux moyens d'expression. Les communautés, les chercheurs et les institutions peuvent également utiliser les technologies de l'information pour aider à préserver la richesse des traditions orales.

Traditions orales et langues en Israel 

 

La population israélienne est une communauté diversifiée sur le plan linguistique et culturel, avec 35 langues et dialectes parlés dans les communautés locales. L'hébreu est la langue officielle du pays. Sa forme standard, connue sous le nom d'hébreu moderne, est le principal moyen de communication en Israël. L'arabe, est utilisé principalement par la population arabe d'Israël, qui représente environ un cinquième de la population. L'anglais, est utilisé comme seconde langue par la majorité de la population israélienne, le russe, est parlé par la population immigrée de l'ex-Union soviétique, et est également très utilisé.

L'hébreu moderne est né de la renaissance de la langue hébraïque qui a débuté à la fin du XIXe siècle. Il est basé sur différents dialectes de l'hébreu ancien et quelque peu influencé par de nombreuses langues. Le mouvement pour la renaissance de l'hébreu en tant que langue parlée était particulièrement populaire parmi les nouveaux immigrants sionistes juifs en 1880. Eliezer Ben-Yehuda et ses disciples ont créé les premières écoles, journaux et autres institutions de langue hébraïque. Après l'immigration de Ben Yehuda en Israël et sous l'impulsion de la deuxième aliyah (1905-1914), l'hébreu a prévalu comme langue officielle et était parlée uniquement par la communauté juive. Lors de la création de l'État d'Israël en 1948, le gouvernement établit l'hébreu comme langue officielle de facto. Le yiddish est encore souvent utilisé dans les communautés haredi ashkénazes et constitue parfois la première langue des membres des branches hassidiques de ces communautés.

Beaucoup d'autres langues sont utilisées par de larges secteurs de la population israélienne, y compris:

  • L'Arabe est la langue maternelle des Arabes israéliens. Aujourd'hui, ce nombre s'élève à 1,6 million et, bien que la plupart d'entre eux parlent l'hébreu, l'arabe reste leur principale langue maternelle. En outre, un nombre important de Juifs israéliens parlent l’arabe. L'arabe est la langue maternelle des générations plus âgées de Juifs ayant immigré des pays arabes. Les cours d'arabe sont très fréquents dans les écoles hébraïques de la septième à la neuvième année.

  • Le Russe Plus de 20% des Israéliens parlent couramment le russe après l’immigration juive massive en provenance de Russie. Certaines écoles israéliennes proposent des cours de russe. En 2017, il y avait jusqu'à 1,5 million d'Israéliens de langue russe.

  • Le Français est parlé par de nombreux juifs marocains, algériens et tunisiens, en tant que langue maternelle ou seconde langue. Le français est également parlé par un nombre croissant de nouveaux immigrants venus de France. L'ambassade de France soutient les études de français dans les écoles israéliennes. L'Université de Tel Aviv est membre de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

  • Roumain: on estime qu'en 2012, 82 300 Juifs roumains de première génération et 126 200 de deuxième génération vivaient en Israël.

  • Yiddish: La langue des Juifs Ashkénazes en Europe de l'Est et la deuxième langue juive la plus parlée, le yiddish est une langue germanique, mais intègre des éléments de l'hébreu.

  • L'allemand est parlé par environ 100 000 Israéliens.

  • Amharique: parlé par la plupart des 130 000 Juifs d'Ethiopie

  • Géorgien / judéo-géorgien: Bien que la plupart des immigrants juifs géorgiens parlent le russe, ils parlent entre eux en géorgien.

  • Ladino: La langue juive séfarade est la troisième langue juive la plus parlée, le ladino est une variante de l'espagnol médiéval, mélangée à l'hébreu et à un vocabulaire de diverses langues qui viennent des lieux où les juifs ont émigré après avoir été expulsés d'Espagne. Il est parlé par de nombreux juifs séfarades. Il existe aujourd'hui une autorité soutenue par l'État d'Israël pour la préservation de la culture ladino.

  • Polonais: le grand nombre d'immigrés polonais parlait le polonais. Aujourd'hui, la plupart de ceux qui sont nés et ont grandi en Pologne, parlent couramment la langue et ont tenté de la communiquer à leurs enfants.

  • Juifs Kurdes de la région du Kurdistan située au nord de la Mésopotamie, couvrant à peu près certaines parties du nord-ouest de l'Iran, le nord de l'Irak, le nord-est de la Syrie et le sud-est de la Turquie. Les Juifs du Kurdistan parlent les dialectes araméen et kurde, en particulier le dialecte kurmanji du Kurdistan irakien.

  • Hébreu yéménite Dans le dialecte yéménite, toutes les lettres hébraïques ont un son distinct. Les Juifs yéménites s'expriment en judéo-arabe régional.

  • Ukrainien: Bien que la plupart des Juifs ukrainiens parlent le russe, il en existe encore qui parlent ukrainien.

  • Espagnol: L'espagnol est parlé par les juifs d'Argentine et d'autres olims de pays hispanophones, ainsi que par certains groupes séfarades. La popularité des opéras d'Argentine et du Venezuela, diffusés en espagnol avec des sous-titres en hébreu par Viva dans les années 1990, a élargi la compréhension de la langue.

  • Italien / judéo-italien: En plus d'être parlé par des juifs italiens, l'italien est également parlé par de nombreux juifs de Libye et des immigrants d'Erythrée, d'Éthiopie et de Somalie en tant que langue principale ou seconde langue.

  • Hongrois: Le hongrois est parlé par environ 70 000 juifs hongrois en Israël.

  • Turc: le turc est parlé par 77 000 Juifs turcs et leurs familles. Beaucoup de turcophones en Israël parlent également le ladino.

  • Persan: Certains des 135 000 Juifs iraniens qui ont immigré d'Iran parlent le persan.

  • Kayla et Qwara: Ces langues sont parlées par les juifs éthiopiens en plus de l'amharique.

  • Chinois, Philippin et Thaïlandais: parlés par quelques juifs israéliens et des immigrants non juifs originaires de Chine, des Philippines et de Thaïlande. On estime qu'il y en a 180 000

  • Marathi: Le marathi est la langue des Bene Israel - Juifs indiens de la côte de Konkan en Inde. Ils ont émigré en Israël à partir de 1948. En 1977, ils étaient environ 20 000, ils habitent principalement dans les villes de Dimona et Beersheba.

  • Malayalam: Le judéo-malayalam est la langue traditionnelle des Juifs du Kerala, dans le sud de l'Inde.

  • Bukhori: Bukhori est parlé par les Juifs de Boukhara qui ont immigré de l'Asie centrale.

  • Néo-araméen juif: La langue juive néo-araméenne est la langue maternelle parlée par les Juifs kurdes qui ont immigré en Israël d’Irak, de Turquie et d’Iran dans les années 1940 et 1950.

  • Grec: le grec est parlé par l'église orthodoxe grecque et par un certain nombre de Juifs grecs.

  • Langue Adyghe: parlée par les Adyghés dans deux villages du nord d'Israël.

  • Dialecte Abzakh (Adyghe): parlé par les Circassiens du village de Rehaniya en Israël

  • La langue des signes israélienne est la langue principale des Israéliens sourds. Il provient d'éducateurs juifs sourds allemands qui se sont installés dans la première école pour sourds en Israël.

  • Langue des signes Ghardaïa

  • Langue des signes bédouine Al-Sayyid

 
 

Littérature en Israel

 

Les fondements de l'écriture moderne en Israël ont été établis par un groupe de pionniers littéraires de la Deuxième Aliyah, dont Shmuel Yosef Agnon, lauréat du prix Nobel de littérature en hébreu, Moshe Smilansky, Yosef Haim Brenner, David Shimoni et Jacob Fichman.

 

En 1921, 70 écrivains se sont rencontrés à Tel Aviv et ont fondé l’Association des écrivains hébreux. Les grandes figures étaient Bialik, Ahad Ha-Am, Tchernikhovsky, ils exerçaient une grande influence sur les plus jeunes écrivains hébreux. Également Yitzhaq Shami et Yehuda Burla, juifs séfarades dont les familles avaient émigré en Israël aux 18 et 19-ème siècles. Ensuite, les écrivains Uri Zvi Greenberg et Avraham Shlonsky ont faire leur Aliyah.

L’expérience fondamentale de cette génération d’artistes, se trouve dans la création de l’État d’Israël. Parmi les écrivains de cette génération figurent : Moshe Shamir , Haim Hefer , S. Yizhar , Mordechai Tabib , David Shachar , Natan Shaham , Aharon Megged , Hanoch Bartov , Shlomo Nitzan , Yehudit Hendel ,Yonat and Alexander Sand , Yigal Mossinson , Benjamin Tamuz , Naomi Frankel , Aharon Amir , Ida Zurit , David Shaham et plus. Parallèlement à cette génération, il y avait un groupe d'artistes en Israël, dirigé par Yonatan Ratosh, les Cananéens.

Les poètes de cette génération étaient : Avraham Shlonsky , Natan Alterman , Amir Gilboa , Zerubavel Gilad , Haim Guri , P. Hillel , Benjamin Galai , Yitzhak Shalev , Abba Kovner , Yechiel Mer , Ozer Rabin , Tuvia Rivner , Avner Trainin , Shlomo Tanai , Nathan Yonatan et d'autres.

Les acteurs renommés: Nissim Aloni , Yigal Mossinson, Moshe Shamir, Benjamin Galai, Nathan Shaham, Aharon Megged et d'autres.

Les vagues d'immigration qui ont eu lieu au début de l'État ont également produit des artistes qui ont grandement contribué à la littérature hébraïque, tels que Dan Ben Amotz et Ephraim Kishon, qui ont apporté leur bagage culturel de leur pays d’origine et l'ont adapté à la société israélienne.

Parmi les écrivains de cette génération, notons Amos Oz , AB Joshua , Amalia Kahana-Carmon , Aharon Appelfeld , Yehoshua Kenaz , Shulamit Hareven , Isaac Orpaz , Kaniuk , Dan Tsalka , Pinhas Sadeh , Rachel Eitan,  Yeshayahu Koren ,Ehud Ben-Ezer , Shulamit Lapid , Sami Michael , Shamai Golan , Shimon Blass , Dan Shavit, Yehuda Amichai , Moshe Dor , Moshe Ben Shaul , Arie Sivan , Andad Eldan , David Avidan , Dan Pagis , Natan Zach , Dalia Ravikovitch , Israel Pinkas , Asher Reich , Yona Wallach , Meir Wieseltier , Yair Horowitz , Eitan Eitan , Yechiel Chazak ,Israel Har , Itamar Yaoz-Cast , Jacob Besser , Israel Eliraz et plus encore.

La littérature de la nouvelle génération tend à suivre les changements de la littérature occidentale, tout en privilégiant les styles d'écriture d'avant-garde comme la fiction. Il y a une tendance a se concentrer sur l'individu et sur la condition humaine et le héros porte une nouvelle figure d’anti-héros.

Au cours des années 1970, figuraient notamment Yaakov Shabtai , Yitzhak Ben-Ner, Haim Be'er, Ruth Almog, Eli Amir, Israel Hameiri, Yaakov Bochan, David Schitz, Arie Samo, Avraham Hefner, Yitzhak Laor, David Grossman and Meir Shalev.

Parmi les poètes : Maya Bejerano, Yosef Sharon, Roni Someck, Amir Or, Alon Altres et autres.

Yehoshua Sobol, Hillel Mittelpunkt , Shmuel Hasfari et d'autres personnalités ont joué un rôle de premier plan dans le théâtre.

Yotam Reubeni , Hezi Leskali , Ilan Schoenfeld et d'autres poétes religieux modernes, Hava Pinhas-Cohen, Miron Isaacson, Admiel Kosman et d'autres.

 

Les écrivains de l’autre vague, tel est le titre attribué par le professeur Avraham Balaban aux écrivains de la seconde moitié des années 80 et des années 90 du vingtième siècle dans son livre "Another Wave", publié en 1995. L’autre vague des écrivains appartiennent au courant postmoderne et les différences entre eux et la vague précédente ont été décrits dans le livre de Uri Bernstein, "La littérature d'un présent constant".

Parmi les écrivains de ce groupe figurent Orly Castel-Bloom, Etgar Keret, Dudu Bossi, Moshe Ofir, Dror Burshtein, Ran Yagil, Dan Benaya-Seri, Savyon Liebrecht, Nava Semel, Gabriela Avigur-Rotem, Yitzhak Bar-Yosef Levi, Hannah Bat-Shachar, Yehudit Katzir, Yuval Shimoni, Ronit Matalon, Dorit Abush, Albert Suissa, Ilana Bernstein, Leah Ini, Mira Magen, Gidi Nevo, Hagai Linik, Yael Hadia Rabinian, Eshkol Nevo, Sami Bardugo et autres.

Écrivains yiddish

Outre les écrivains hébreux, il existe une productivité créative considérable en Israël dans d'autres langues, notamment en yiddish. L'écriture yiddish en Israël peut être marquée par les générations, semblables à celles de la littérature hébraïque. La première génération d'écrivains comprenait les auteurs David Pinski et Sholem Asch. La deuxième génération, dirigée par Abraham Sutzkever, qui avait commencé sa carrière en Europe de l'Est et l’a poursuivie en Israël. La troisième génération était centrée sur "Young Israel", un groupe moderne de poètes et de rédacteurs de prose, pour la plupart membres de kibboutz et dont le travail a été influencé par les écoles avant-gardistes d'écriture anglaise et française. Les auteurs yiddish en Israël se sont groupés en association d’auteurs de langue yiddish.

Écrivains arabes

La présence de la littérature en langue arabe dans la société israélienne peut être initialement attribuée à Emile Habibi, un écrivain israélo-palestinien et homme politique communiste. En 1992, il a reçu le prix Israël de littérature arabe. Emile Habibi a contribué à la création du parti communiste israélien et à la création du quotidien communiste en langue arabe Al-Ittihad, publié à Haïfa.
 

Intangible cultural heritage

 

Légendes sacrées et livres saints
 

Les histoires sacrées font partie du judaïsme, tandis que les contes et légendes populaires font partie du folklore juif et la culture juive en général. Initialement, le folklore était pratiquement indifférenciable de l’Aggada, corpus de la littérature rabbinique. 


L'histoire fondamentale du Tanakh (la Bible hébraïque) contient les histoires juives les plus anciennes et les plus sacrées sur l’origine de la création, l'histoire de la création du monde en sept jours, la création d'Adam et Eve, le miracle d'Abraham et de Sarah ayant un fils dans leur vieillesse, l'histoire de l'incroyable ascension de Joseph au pouvoir en Égypte, le miracle de D.ieu separant les eaux de la mer Rouge pour permettre aux Hébreux d'échapper à l'esclavage en Égypte et le miracle de la manne fournie par D.ieu pendant la traversée du désert. Dans ces histoires et beaucoup d'autres, D.ieu parle ou intervient directement pour sauver ou aider les hébreux. D.ieu a même un moyen de voyager avec le peuple, c’est l'Arche de l'Alliance. Les douze tribus d’Israël, comme le reste de l’humanité, ont tracé leur lignée à partir d’Adam et Ève.


Le Talmud est le pilier de la tradition orale juive, est le texte central du judaïsme rabbinique et la principale source de la loi religieuse juive (halakha) et de la théologie juive. Jusqu'à l'avènement de la modernité, dans presque toutes les communautés juives, le Talmud était la pièce maîtresse de la vie culturelle juive et était à la base de "toutes les pensées et aspirations juives", servant également de "guide pour la vie quotidienne" des Juifs.


Le Talmud a deux composants, la Michna, un recueil écrit de la Torah orale du judaïsme rabbinique et la Guemara, commentaire sur la Michna.


La Michna est une compilation d'opinions juridiques et de débats. Les déclarations dans la Michna sont généralement succinctes, relatant des opinions de rabbins débattant d'un sujet ou d’une décision non attribuée, représentant un point de vue consensuel. Les rabbins qui figurent dans la Michna sont connus sous le nom de Tannaïm. Puisqu'elle enchaîne ses lois par sujet plutôt que par contexte biblique, la Michna aborde les sujets plus en profondeur que le Midrash, et elle inclut une sélection beaucoup plus large de sujets halakhiques que le Midrash.


Une grande partie de la Guemara consiste en une analyse juridique. Le point de départ de l'analyse est généralement une déclaration juridique trouvée dans la Michna. La déclaration est ensuite analysée et comparée à d'autres déclarations utilisées dans différentes approches de l'exégèse biblique dans des échanges sur le judaïsme entre des rabbins représentant deux points de vue différends, appelées Makshan (questionneur) et Tartzan (répondeur). Une autre fonction importante de la Guemara est d’identifier le fondement biblique correct d’une loi donnée dans la Michna et le processus logique qui les relie entre eux : cette activité était connue sous le nom de talmud bien avant l’existence du "Talmud" en tant que texte.


Le Talmud est composé de 63 traités et affiche une longueur de plus de 6 200 pages en impression standard. Il est écrit en hébreu et en araméen juif babylonien et contient les enseignements et les opinions de milliers de rabbins sur divers sujets, notamment la Halakha, l’éthique juive, la philosophie, les coutumes, l’histoire et de nombreux autres sujets. Le Talmud est la base de tous les codes de la loi juive et est largement cité dans la littérature rabbinique.


À l'origine, l'érudition juive était orale. Les rabbins ont exposé et discuté de la Torah et discuté du Tanakh sans l’aide d'œuvres écrites. Cette situation a radicalement changé, principalement à la suite de la destruction de la nation juive et du Second Temple en l’an 70 et du bouleversement des normes sociales et juridiques juives qui en a résulté. Alors que les rabbins devaient faire face à une nouvelle réalité, il y avait une propagation du discours juridique et l'ancien système d'érudition orale ne pouvait plus être maintenu. C'est pendant à cette période que le discours rabbinique a commencé à être rédigé dans des écrits. 


Le processus de « Guemara » s’est déroulé dans ce qui étaient alors les deux principaux centres d’études juives, la Galilée et Babylone. Parallèlement, deux corps d’analyses se sont développés et deux œuvres de Talmud ont été créées. La compilation la plus ancienne s'appelle le Talmud de Jérusalem ou le Talmud Yerushalmi, rédigé au 4ème siècle en Galilée. Le Talmud babylonien a été compilé vers l'an 500, mais il a continué d'être édité plus tard.


Le Talmud de Jérusalem, ou Talmud d’Eretz Yisrael, était l’une des deux compilations d’enseignement et de commentaires du judaïsme, transmises oralement pendant des siècles avant sa création par des érudits juifs de la Terre d’Israël. C'est une compilation d'enseignements des écoles de Tibériade et Césarée. Ce Talmud est un résumé de l'analyse de la Michna élaborée au cours des 200 dernières années par les académies de Galilée. En raison de leur emplacement, les sages de ces académies ont consacré une attention considérable à l'analyse des lois agricoles de la Terre d'Israël.

Intangible cultural heritage

Contes juifs

Intangible cultural heritage

Intangible cultural heritage

Les contes populaires juifs racontent des histoires avec des créatures surnaturelles et ont été transmis à travers les histoires traditionnelles des anciens. Les contes sont caractérisés par la présence de personnages imaginaires (nains, géants, fées, etc.), par la transformation soudaine d’hommes en animaux et inversement, ou par d'autres phénomènes surnaturels (chevaux volants, sommeil prolongé de cent ans, etc.).


Il existe quelques légendes juives médiévales pouvant être considérées comme des contes populaires, telles que celle du pape juif et du Golem, ou celle concernant le mur de Chapelle de Rachi, qui s'est déplacé afin de sauver la vie d'une pauvre femme qui risquait d’être écrasée par le passage d’une charrette. Nombre de ces légendes ont été rassemblées par Abraham Tendlau dans ses Contes et légendes des Juifs d’antan.


Vers la fin du XIXe siècle, de nombreux contes folkloriques ont été rassemblés par des juifs : des manuscrits en hébreu publiés par Israël Levi dans le Journal des études juives, dans le Journal des traditions populaires, Mélusine, par Moses Gaster, dans les rapports du collège Montefiore et par M. Grunwald dans Mitteilungen der Gesellschaft für Jüdische Volkskunde, par Wiener dans le même journal et par Friedrich Salomon Krauss dans Urquell.


En tout, quelque soixante-dix contes folkloriques ont été retrouvés parmi les juifs de l'époque. La première des histoires rassemblées par L. Wiener est l'histoire bien connue de "L'homme dans le sac", qui réussit à s'échapper en disant aux passants qu'il a été condamné contre son gré à épouser une princesse.

 

 

Compilations d'Haggadot et de folklore 

Intangible cultural heritage
Intangible cultural heritage

  • Les légendes des Juifs, du rabbin Louis Ginzberg, est une synthèse originale d'un grand nombre d'Haggadot, la Michna, le Talmud et le Midrash.

  • Le Ein Yaakov est une compilation du Talmud babylonien avec des commentaires.

  • Le Sefer Ha-Haggadah est une compilation de Haggadot de la Michna, des deux Talmuds et du Midrash. Il a été édité par Haïm Nahman et Yehoshua Hana Ravnitzky. Ils ont travaillé pour donner une compilation compréhensible et représentative d’Haggadot, ils ont passé trois ans à compiler leur travail. Le Sefer Ha-Haggadah a été publié pour la première fois en novembre 1908 à Odessa, en Russie, puis réimprimé plusieurs fois en Israël. Il a été traduit en anglais en 1992 par William G. Braude sous le titre

  • The Book of Legends.
    Mimekor Yisrael, de Micha Josef Berdyczewski. Il était intéressé par la compilation du folklore et des légendes du peuple juif des temps anciens à l'aube des temps modernes. Sa collection comprend un grand nombre d'Haggadot.

    .

Intangible cultural heritage

Intangible cultural heritage

Intangible cultural heritage

Intangible cultural heritage

 
 
ICH ISRAEL - Alex Huber picture

Participer

Facebook
  • Facebook Social Icon
  • ICH ISRAEL
  • ICH ISRAEL
  • YouTube Social  Icon

Contact 

Israel:

+972/559403615

France: 0186981210

Email:

ich-israel@outlook.com

Activites
Recherche
Soutien
Formations
Projet de Festival

Activites scolaires

Agenda

© 2019 by ICH - Israel